Aujourd’hui c’est lundi, mais hier c’était dimanche et j’étais Mac Gyver.

Rassurez vous le soleil est revenu chez nous. Adieu torrent de pluie, adieu feuilles qui volent de partout … enfin jusqu’à la prochaine fois !

Un dimanche plutôt tranquillou. Au programme fainéantise, canapé canapé canapé, rangement, tarte poire chocolat par Monsieur Muscle, repassage ( c’est le passage je suis une ménagère de moins de 50 ans ! Mais c’est bien beau de montrer nos beaux habits & tout mais faut bien les repasser à un moment donné non ?), égalisation des sourcils, coupage de frange et … je me suis prise pour Mac Gyver !

Explications? Allez explications ! Situation: je m’épile les sourcils tranquillement, et je ne sais pour quelle raison je décide d’aller ouvrir les volets du salon, sans avoir eu l’idée de poser préalablement ma pince à épiler sur la table. Et là d’un coup j’entends diiing diing … Oui vous avez bien deviné: ma pince à épiler a fait une terrible chute de 2 mètres en contrebas sur la terrasse de ma voisine. Jusque là rien d’affolant me direz vous, tu vas sonner chez Mémé elle t’ouvre, tu reprends ta pince, tu parles des feux de l’amour 2 min et on n’en parle plus. Si c’était si simple j’en ferai pas toute une histoire. Bien que parler des feux de l’amour relève du défi. Le souci c’est que Mémé voisine part tous les étés de juin à octobre, ce qui d’habitude m’arrange, notamment pour les soirées musicales alcoolisées, devenait là un sérieux souci. Ni une ni deux je descends pour escalader son balcon, j’avais vu un de nos potes faire çà lorsqu’ils avaient jeté un verre de la fenêtre il y a quelques temps. Bon il faut bien se rendre à l’évidence: je suis petite et l’espace entre le mur et le balcon est immense, même si j’arrive à me hisser jusqu’au balcon je risque d’y rester coincé pour la redescente et c’est pas tellement le but non plus.

Et là je me souviens mon enfance, Mac Gyver mon héros ! Une pince à épiler ca s’aimante ? J’ai un aimant ? une corde ? A cette étape de mon aventure je vous laisse imaginer la tête de Monsieur Muscle qui me prend plus pour une folle que pour une guerrière.

Mon fil de pêche attaché au bout d’un support à stylo aimanté ( je penserai à remercier ma tante pour ce cadeau plutôt inutile à qui je viens de donner une nouvelle vie) je me lance dans une descente en rappel plutôt risquée… Cible attrapée, remontée amorcée. Moi même je n’y crois pas. Et là fou rire général: j’ai réussi à remonté une pince à épiler 2 mètres plus bas grâce à un aimant de fortune.

Ma tête enfle, mes chevilles enflent, je me sens Mac Gyver, je change mon nom sur facebook: appelez moi Mac Gyver.

Demain je vous apprendrais comment démarrer une voiture avec la pince à épiler revenue d’entre les morts.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Aujourd’hui c’est lundi, mais hier c’était dimanche et j’étais Mac Gyver. »

  1. Ping : Lady in Black and Red | La fille à la frange

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s